«

»

Juin 20

Divorce : Le deuil de votre relation

Divorce : Le deuil de votre relation
4.5 2 votes
Divorce - Courbe du Deuil - relation - duree divorce - divise

La courbe du deuil

 

Divorcer, c’est avant tout, faire le deuil de votre relation.

Cela paraît fort, et même pour certain exagéré, mais c’est la réalité des semaines et des mois qui s’ouvrent devant vous.

Lorsque le divorce survient dans la vie d’une personne, elle s’engage immédiatement sur le chemin du deuil tel que l’a parfaitement décrit Elisabeth Kübler-Ross.

Ce chemin se compose de deux grandes phases :

  • Une phase descendante : cette phase négative est une phase destructrice, tournée vers le passé.
  • Une phase ascendante : cette phase positive est une phase de reconstruction, tournée vers le futur.

Ces deux grandes phases couvrent les cinq étapes majeures du deuil :

« Kübler-Ross a initialement appliqué ces étapes à toute forme de perte catastrophique (emploi, revenu, liberté). Cela comprend également la mort d’un être cher, le divorce, la toxicomanie, ou l’infertilité.

  1. Déni (Denial). Exemple : « Ce n’est pas possible, ils ont dû se tromper. »
  2. Colère (Anger). Exemple : « Pourquoi moi et pas un autre ? Ce n’est pas juste ! »
  3. Marchandage (Bargaining). Exemple : « Laissez-moi vivre pour voir mes enfants diplômés. », « Je ferai ce que vous voudrez, faites-moi vivre quelques années de plus. »
  4. Dépression (Depression). Exemple : « Je suis si triste, pourquoi se préoccuper de quoi que ce soit ? », « Je vais mourir… Et alors ? »
  5. Acceptation (Acceptance). Exemple : « Maintenant, je suis prêt, j’attends mon dernier souffle avec sérénité. »

Kübler-Ross a également fait valoir que ces étapes ne sont pas nécessairement dans l’ordre indiqué ci-dessus, toutes les étapes ne sont pas non plus vécues par tous les patients, mais chaque victime en vivra toujours au moins deux. »

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Elisabeth_K%C3%BCbler-Ross

Dans le cas plus particuliers du divorce, les étapes sont les suivantes :

La phase descendante – les étapes négatives :

  • Le choc de l’annonce

Cette étape est le déclencheur, le point de départ de la douleur. Tant que cette douleur n’est pas ressentie, le processus de deuil (de reconstruction) ne peut pas avoir lieu. En effet, sans cette prise de conscience du changement de situation, la personne va être dans un état second, comme le boxeur sonné après un uppercut. La douleur est là mais on ne comprend pas ce qu’il nous arrive. Situation d’errance qui peut être plus ou moins longue suivant les individus.

  • Le déni

C’est le refus pur et simple de la situation. « Ce n’est pas possible, pas à moi… » L’incompréhension s’installe. Tout le monde se trompe autour de vous. C’est une erreur d’interprétation, nous faisons juste un break. Cela arrive à tous les couples de prendre de la distance.

  • La colère

Le coté irréversible est maintenant bien compris. C’est le début de la guerre. « Pour la garde des enfants, il peut toujours s’accrocher ! Même pas en rêve, il reverra ses enfants. », « si elle croit qu’elle sera plus heureuse avec son gigolo, laissez-moi rire ». L’autre à tous les torts, tout est bon pour nuire à l’autre. La colère rend aveugle, c’est le temps des actes impulsifs.

  • Le marchandage

Une fois que la colère est passée, c’est le moment du questionnement et de l’angoisse du lendemain. « Comment je vais faire pour m’en sortir, c’est elle qui faisait tous les papiers », « comment vais-je vivre ? il a jamais voulu que je travaille ». C’est le temps des questionnements autour de la maison, de l’argent, du nouveau quotidien qui s’annonce.

  • La dépression

C’est l’étape de l’état des lieux. Maintenant la réalité est connue, comprise et immuable. C’est le temps du calme après la tempête. La tristesse, le sentiment d’échec peuvent prendre le dessus, c’est le temps du « Pleure, ça fait du bien. »

La phase ascendante – les étapes positives :

  • L’acceptation

C’est l’étape qui marque un tournant dans la vie de la personne. Le changement de cap pour renaître de ses cendres. Maintenant, il faut aller de l’avant. C’est le moment de recommencer à penser à soi. Le futur redevient possible, j’ai une vie après le divorce et j’en suis convaincu(e).

  • Le pardon

C’est le temps du bilan. Le divorce n’est pas une fatalité. Un couple se construit à deux mais il se défait aussi à deux. Il n’y a aucune raison de se sentir seul responsable de cet échec.

  • Le renouveau

C’est le temps du retour aux sources de son plaisir. C’est le moment où l’on reprend ces activités qui nous donnaient tant de plaisir mais qu’on avait plus le temps de faire. C’est le moment de se recentrer sur soi. « Depuis le temps que je voulais me remettre à la peinture », « Je peux enfin aller boire un verre, sortir avec mes amis sans devoir me justifier ». Je recommence à faire les choses que j’avais abandonnées, emporté(e) par les obligations de la vie de couple.

  • La sérénité

C’est le moment de la paix avec son passé. On est capable de parler de l’ancienne vie en termes positifs et sans craindre pour son futur. Le passé, c’est le passé mais ce qui compte le plus maintenant, c’est le présent. Cette sérénité dans mon nouveau quotidien m’ouvre à l’avenir. Une nouvelle grande histoire d’amour est possible et, au fond de moi, je peux même le souhaiter.

La réussite de son chemin de deuil :

Comme pour tous les événements importants dans la vie, l’entourage est primordial. Si vous avez la chance d’avoir un ami, un parent qui saura vous aider à avancer dans ces phases, votre chemin de deuil sera vertueux. Si vous vous sentez seul(e), n’hésitez pas à faire appel à un professionnel (psychologue, coach,…). Ils sont là pour vous aider.

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Elisabeth_K%C3%BCbler-Ross

http://coachingetcarriere.com/boite-a-outils/outils-pratiques/les-etapes-du-deuil-selon-e-kubler-ross/

http://www.kolibricoaching.com/le-changement/courbe-du-deuil-ou-courbe-du-changement-resistance-au-changement/

(2 commentaires)

  1. Catherine

    Merci pour cette perspective positive à un moment ou l’on pense que la phase ou on es tout en bas va durer toujours…

  2. agrain

    Vous comparez un divorce avec un deuil ?
    Le divorce est une épreuve difficile, mais l’être aimé même si l’amour n’est plus, est encore vivant. Souvent, la période avant le divorce il y a une remise en question du couple, une remis en question de l’amour mutuel, de la complicité. Un divorce, avec l’impact sentimental et financier qu’il produit, est réfléchit et la plupart du temps consenti.
    Un deuil, savez vous ce qu’est un deuil ? il n’est pas consenti, il n’y a pas de remise en question, de période de doute de ses sentiments et de son attachement. Un jour l’être tant aimé n’est plus là . Dans toutes les circonstances, dans tout les degrés d’attachement, c’est une personne que vous ne verrez PLUS JAMAIS. La mort ne viens pas avec un préavis. Même dans le cas d’une maladie, on préfère, même inconsciemment, penser à la guérison qu’à la mort.
    Et votre courbe, que je rebute. Si seulement c’est linéaire et progressif, mais ce n’est pas le cas.
    La personne qui a schématisé notre douleur, notre ressenti, nos différents sentiments n’a jamais ressenti quelque chose de puissant, de dévastateur. Un tourbillon, entre-chevetré dans un autre tourbillon et encore un autre jusqu’à ce que le calme arrive si toute fois il arrive. Ou que tout du moins on arrive à maitriser ce tourbillon. Serai à mon sens bien plus proche de la réalité.
    Ne vous m’éprenez pas, loin de moi, l’idée de dire que untel est plus douleur à vivre. Ce sont des passages douleurs de la vie. Ils sont juste pas comparables, à mon sens. Un deuil est un deuil, et un divorce est un divorce pas de possibilité de lien entre eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>